Aujourd’hui, jour de RTT. Beau temps et pas trop de vent. Je décide de profiter du beau temps et du peu de vent pour enfin sortir mon kayak après une longue trêve hivernale. Direction l’île de Ré pour changer un peu !

Calme plat autour des piles du pont. Peut-être pas assez de courant avec ce faible coefficient.

Après une petite pause déjeuner sur la plage pour reprendre des forces, je remets le kayak à l’eau pour la seconde mi-temps.

J’aperçois un kayakiste inconnu un peu au large. Je me rapproche histoire de taper la causette et faire passer le temps qui parait un peu long à cause de l’absence d’activité.

En me rapprochant, je vois sa canne pliée et je lui lance un

– « Ouh la, ça à l’air d’être lourd », un peu désespéré en me disant que ça devait être le monstre que j’attendais depuis le début de la matinée

– « Je pense que je suis accroché, ça ne bouge pas vraiment », me répond t-il.

Je lui suggère de remonter le courant et de tirer dans l’autre sens pour tenter de décrocher la ligne du fond et ne pas perdre le leurre.

Technique classique et efficace, souvent expérimentée.

– « Je vais essayer de le remonter, mais c’est très lourd ! »

Effectivement, on dirait qu’il remonte un bout de filet ce qui arrive parfois dans ce coin.

– « Tu as déjà attrapé un congre aux leurres ? » me demande t-il ?

– « Ben non, jamais et je n’ai pas entendu dire que cela arrivait », même s’il y a, c’est vrai, d’énormes congres de 10 kilos et plus autour des piles du pont.

Petit à petit, la ligne remonte. Etrange et mystérieuse histoire !

Les paris sont engagés : congre, filet ? Pneu, énorme godasse ?

En tout cas, ce n’est pas un bar, aussi énorme qu’on souhaiterait l’imaginer : trop mou, trop inerte.

Finalement, le poisson mystère arrive, épuisé, KO, à la surface. Mais qu’est-ce que c’est que cette énorme bête ? Jamais vu un poisson pareil ici !

On a vu dans nos pertuis des bonites, des thons, des poissons-lune, des requins, j’en passe et des meilleures, mais alors là, c’est vraiment incroyable de chez incroyable !

La photo souvenir, qui restera dans les annales, parle d’elle même :

Un mérou sur l'île de Ré !
Un mérou sur l’île de Ré !

C’est bien un mérou, et oui, je dis bien un MEROU !

Heureusement que nous sommes bien assis dans nos kayaks respectifs !

C’est délirant, non ?

C’est certainement une grande première, je pense.

Félicitations à Fred le chanceux, premier pêcheur de mérou de l’île de Ré !

Fred exulte. Il hésite : aller faire photographier son mérou anachronique pour faire la une de la chronique locale ou bien le relâcher ?

Ni l’un, ni l’autre ne savons si la pêche du mérou est autorisée ici.

Sans doute n’y a t-il pas de réglementation. Doit-on le relâcher ? Y a t-il une maille ?

Quelques instants d’hésitation puis Fred relâche le poisson qui repart, un peu estourbi.

Après ce moment magique de pêche no-kill du mérou en kayak, on décide d’aller célébrer cette prise surprise en allant boire un coup en se promettant de tenter notre chance dès demain matin pour voir s’il y a d’autres mérous dans le secteur.

En écrivant ces lignes ce soir, je me demande si je dois être heureux ou pas d’avoir vu pêcher un mérou ici, à La Rochelle.

D’un côté, il est vrai que si le mérou arrive dans nos pertuis, ça peut être très sympa de le pêcher, tout comme la bonite déjà présente par exemple.

Plus besoin d’aller dans le sud ni en Corse !! Finis les voyages au bout du monde, on reste à La Rochelle ! C’est bon pour le bilan carbone, non ?

D’un autre côté que fait ce mérou ici ? N’est-ce pas un signe supplémentaire du réchauffement climatique ?

J’imagine déjà la montée dramatique des eaux : l’île de Ré disparue, les bistrots du Vieux-Port noyés sous les eaux, Dompierre seul village aux alentours émergeant de cet océan grossissant grâce à son point culminant à 35 mètres…

Bref, j’arrête là mon délire car il est l’heure d’aller dîner.

En tout cas, n’hésitez pas vous aussi à donner votre avis : le mérou à La Rochelle, pour ou contre ? Bonne ou mauvaise chose ?

**************************************************************************************************************

Mise à jour du 9 avril 2016

Les plaisanteries les plus courtes étant les meilleures, je dois bien avouer maintenant que mon côté « potache » s’est réveillé en ce premier avril.

Désolé pour ceux qui auront mordu à l’hameçon : il s’agit bien d’une mauvaise blague !

Promis, je ne recommencerai plus…jusqu’à l’année prochaine !

 

PS : merci à Fabien Harbers, Moniteur Guide de Pêche à Nice pour la photo !

  1. Je reviens de vacances du Havre et toute la côte jusqu’à Boulogne-sur-mer,. Je viens juste de rebrancher internet et je te réponds que j ai gobé et plongé dans ton compte rendu du mérou . Bien joué !
    A plus

  2. Encore une fois, désolé pour cette mauvaise blague de potache.
    Ceci dit, vous avez effectivement été plus nombreux que prévu à mordre à l’hameçon !!
    Je ne recommencerai plus, promis…jusqu’à l’année prochaine bien sûr ! Vivement le 1er avril 2017 ! Ça devrait aussi fonctionner avec une dorade coryphène ou un barracuda, non ?