Petit résumé en photos de mes parties de pêche avec mon nouveau kayak Native Watercraft Slayer propel 13 sur l’île de Ré en août 2015.

J’emploie volontairement le pléonasme « petit résumé » car il n’y a pas grand’chose de très spécial à dire et à retenir sur ce mois d’août 2015 qui ne restera pas dans les annales halieutiques charentaises : le poisson est très peu présent, voire carrément absent certains jours.

On se demande bien où sont passés les bars et les maigres. Les quelques rares poissons que l’on arrive à attraper après de longues heures de pêche semblent être des poissons isolés. Contrairement à ce qui se produisait les années précédentes, il ne m’est pas arrivé d’en attraper plus d’un sur une même dérive.

Cette absence quasi totale de poisson est très étrange et reste pour moi très mystérieuse. Surpêche ? Conditions météo (pourtant a priori favorables), pollution, manque de nourriture ? Si quelqu’un à une explication… J’espère simplement que ce n’est pas le signe avant coureur de la disparition du maigre et du bar de nos côtes.

En tout cas, après un mois de juillet où l’on a vu de très beaux spécimens de maigres (dont un de trente kilos – un mètre cinquante pris en kayak ! Bravo à l’heureux pêcheur ! Quel exploit !) et des passages assez fréquents de maigres de taille raisonnable (5, 6 voire 7 kg), on a du mal à voir la queue d’un poisson en août.

Bref, malgré ce constat alarmant, restons positifs. Les bredouilles furent nombreuses mais en faisant preuve de patience et de ténacité, j’ai quand même pu alimenter le blog avec quelques belles prises et quelques anecdotes…

Vous les attendez tous : les anecdotes du mois d’août !

Deux petites anecdotes surprenantes. Je les relate sans aucune ironie, juste parce que j’ai trouvé ça assez drôle et parce que les intéressés étaient fort courtois, aimables et sympathiques. Ils comprendront (enfin j’espère !)

Circulez y’a rien à voir…

Au moins six ou sept kayaks ce matin sous le pont et autant de bateaux. Il y aura bientôt plus de circulation sous le pont que dessus !

Vers 10 heures, contrôle de la Gendarmerie maritime. Le zodiak noir contrôle le bateau voisin puis vient m’accoster de façon très courtoise et polie.

Je porte mon gilet de sauvetage, je connais la réglementation et la maille des poissons. Bref, jusque là pas de problème. Puis le maréchal des logis me demande le certificat d’immatriculation (le fameux papier bleu) du kayak. J’explique que le kayak étant neuf, je ne suis pas encore allé aux affaires maritimes pour l’immatriculer et qu’à ma connaissance, ce certificat n’est pas obligatoire en deçà des 2 miles d’un abri. Le MDL me dit que si et que sans le certificat d’immatriculation, je dois arrêter de pêcher. Il m’explique qu’il a déjà demandé à d’autres pêcheurs en kayak d’arrêter de pêcher pour la même raison. Visiblement, nous sommes peu nombreux à faire immatriculer nos kayaks. Bref, je m’exécute et je rejoins la plage.

Là, je consulte avec mon smartphone mon article du mois de mai sur la division 240 et j’appelle Claude et Guillaume pour confirmation. J’avais bien raison : en deçà de 2 miles d’un abri, l’immatriculation d’un kayak de mer pour pêcher n’est plus obligatoire depuis le dernier arrêté. Au delà de 2 miles, l’immatriculation est obligatoire.

Je remonte donc dans le kayak et rejoins à nouveau le zodiak noir de la Gendarmerie maritime. J’explique tout ça au MDL en lui précisant que ma démarche n’est pas polémique mais juste informative et simplement pour qu’on soit sur la même longueur d’ondes. Je lui propose de lui envoyer l’URL de mon article du mois de mai sur la division 240 et de me donner son avis en retour.

Nous avons depuis échangé par mail et confirmé ce qui est dans l’article de la division 240.

En revanche, je n’avais pas de lampe à éclats alors que c’est obligatoire. J’en ai donc acheté une.

J’en profite pour mettre à jour mon article du mois de mai sur la division 240.

Ah bon, y’a des marées !?

Autre anecdote croustillante : j’arrive un matin tôt sous le pont et là je vois une voiture sur le sable.

Visiblement un jeune couple en sortie de boite de nuit venu passer un moment agréable. Sans doute pour contempler le magnifique lever de soleil (suis-je naif ?).

Le jeune conducteur est affairé à creuser sous les roues pour désensabler la voiture et me demande de l’aide. Je lui dit qu’il a de la chance que les coefficients de marées soient petits en ce moment parce qu’avec le montant, il aurait de grandes chances d’avoir transformé sa belle voiture flambant neuve en sous-marin BMW couleur orange style rouille. « Trop la classe » d’après ma fille, mais un peu délicat pour rentrer sur Versailles.

Une nouvelle épave ! Excellent repère à poissons. A recenser dès que possible sur Géoportail !

Bon, allez, pas de moquerie, ça m’est arrivé aussi il n’y a pas longtemps !

Ce qui m’a plié, c’est son étonnement : »Ah bon, y’a des marées ici ! ? »

C’est beau la jeunesse !

Privé de gros câlins et d’ébats matinaux, ce couple fort sympa sortira sa belle voiture rescapée avec l’aide du camion poubelle qui passe chaque matin vers 9 heures.